nombre de vues 933

Le digital et Franchise Expo : mieux qu’hier et bien moins que demain

chronique

« Cette année encore, je suis ressorti de Franchise Expo Paris enchanté. Je me suis enrichi de toutes les rencontres faites sur le salon, de toutes les idées qui ont émergé. J’avais la tête en ébullition et j’ai essayé de comprendre pourquoi.

Je me suis alors projeté 20 ans en arrière, à l’époque où il n’y avait pas d’emails, où les entreprises n’avaient pas de sites web. J’ai essayé d’imaginer comment pouvait se passer le salon de la franchise et j’ai compris…

Trouver les coordonnées des organisateurs, s’inscrire au salon, obtenir son kit exposants, contacter ses clients, remercier ses contacts : tout se faisait à la main, avec son papier et son crayon, son téléphone. Des heures perdues à réaliser des tâches sans intérêt. Où est la rencontre ? Où est l’interaction ? Je ne vois que lenteur, contraintes et démarches laborieuses.

« On voit autant de monde, mais les rencontres sont plus préparées. Plus maîtrisées. Plus pertinentes. »

Aujourd’hui, avec le digital, cela me paraît stupéfiant de voir comme les choses ont changé. Lorsque l’on prépare un salon, on prend soin de contacter tous ses prospects en amont, on leur envoie des informations par email. On sait à qui on a à faire au moment de rencontrer son prospect. On multiplie les opportunités d’échanges, la qualité et la profondeur du contact. On voit plus de monde, et on peut maintenir le lien avec les personnes rencontrées. Et finalement, lorsqu’on compare à la situation d’il y a 20 ans, on a la même satisfaction à la fin du salon : celle d’avoir rencontré énormément de monde. À ceci près qu’avec le digital, on l’a fait de manière beaucoup plus pertinente.

La grande force du digital est de démultiplier la qualité des rencontres. Il agit comme un libérateur, il rend possible une fluidité de l’information qui permet d’aller directement à l’essentiel : le contact humain. Et la franchise – avec dans son ADN le transfert de savoir-faire et l’intelligence collective – c’est 100% de contact humain. Le digital est au cœur du sujet dans la franchise.

« Le digital ne se substitue jamais à l’humain. Au contraire, il est à son service. Il apporte une dimension supplémentaire à la relation humaine. »

Et à quoi ressemblera le salon dans 10 ans ? J’imagine un salon encore plus virtuel, avec la possibilité de voir des gens sans qu’ils ne soient là. Un salon encore plus fluide, avec une gestion des rendez-vous plus efficace qui évite les temps morts. J’imagine un salon toujours plus riche en contacts, avec une capacité accrue de se préparer à ses entretiens et, de ce fait, d’être disponible à la nouveauté.

Le Franchise expo Paris du futur sera devenu un événement médiatique, capable de sortir des murs et de fabriquer du contenu qui rayonnera bien au-delà… Voilà ce que peut amener une technologie aussi puissante que celle du digital. »