nombre de vues

1586

« Nous en sommes aux balbutiements du commerce multicanal »

Interview d’Aymeric Enguehard, Directeur Commercial Alpha Direct Services (ADS).

Alpha Direct Services est l’un des leaders de la e-logistique. Pourriez-vous nous en dire plus ?

Alpha Direct Services (ADS), c’est 150 000 m2 d’entrepôts (tous en France), 500 collaborateurs et près de 200 clients. Nous travaillons pour des acteurs du e-commerce (boutiques permanentes, ventes privées, subscription e-commerce) et également de la vente à distance (VAD) et de la vente par correspondance (VPC). Nous livrons pour le compte de nos clients des produits de tous types et de toutes tailles, de la micro-carte SD à la gigantesque piscine. 15 millions de commandes sont réalisées en une année.

entrepots-beauvais

Comment le web a-t-il modifié votre portefeuille clients ?

La VAD et la VPC représentent encore aujourd’hui un volume important de notre activité, mais il est certain que depuis une dizaine d’années, les acteurs du e-commerce ont bouleversé nos métiers. Les contraintes ont changé : avant, nous avions peu de profondeur de gammes et beaucoup de stock. Maintenant c’est l’inverse, les références sont toujours plus nombreuses et il y a peu de stock. Par ailleurs, aujourd’hui, il faut aller très vite dans la préparation et dans l’expédition des commandes. Résultat : l’organisation de l’entreprise a été entièrement revue et inversée par rapport aux anciens modèles.

Vous êtes un rouage incontournable du e-commerce, et le leader de la livraison de box. Quels sont les atouts de vos clients dans ce secteur ?

Nous travaillons avec une vingtaine de clients dans le secteur des box, pour lesquels nous expédions près de 250 000 box par mois.

Pour mémoire, la box est une sorte de pochette surprise qui doit être envoyée dans un délai très court. En fait, la logistique pour ce type de produits ressemble beaucoup aux modèles de ventes par abonnement de nos anciens clients. Le point commun, c’est le traitement de volumétries importantes dans des délais très courts. Nous avons ainsi pu adapter nos outils de production d’hier pour répondre aux exigences de ce secteur.

Par ailleurs, l’équilibre économique d’une box est très fragile. Il faut payer l’expédition toujours moins chère ; ainsi, nous avons réutilisé les Colieco qui servaient pour la VAD et la VPC. Plus globalement, le marché de la box arrive à maturation, les principaux acteurs sont maintenant installés. Pour contrer le possible phénomène de lassitude, il leur faut élargir leur activité au e-commerce : proposer une boutique en ligne complémentaire de la box par exemple. Sur ce terrain, certains ont déjà un positionnement très avancé.

entrepot

Quel(s) outil(s) avez-vous mis en place pour être visible sur le web ?

Nous avons mis en ligne notre site, mais nous ne communiquons pas énormément sur le web, pour l’instant nous nous appuyons sur le bouche-à-oreille. Mais avec l’arrivée sur le marché des retailers (les marques distributeurs), il est probable que cela change dans les années à venir, il faudra alors que nous communiquions plus et les réseaux sociaux pourraient être de très bons canaux.

Votre activité vous permet de suivre de près les évolutions des sites marchands. Quelle sont les tendances du e-commerce pour 2015 ?

On en a un peu parlé avec le secteur des box, je suis convaincu que la tendance est au commerce multicanal. Le principe, c’est de doubler la boutique physique d’une présence web, et inversement. On parle alors d’omni logistique : les acteurs du e-commerce commencent à ouvrir des boutiques éphémères, des « pop-up stores », et ça marche très bien ! Nous assistons aux balbutiements de cette tendance qui va exploser dans les mois et les années à venir.

L’autre tendance pour les sites marchands, c’est de diversifier les canaux de distribution, notamment grâce au B-to-B. Quant à la partie logistique, nous devons travailler pour trouver de meilleures solutions à moindre coût pour les livraisons à l’international qui prennent une part de plus en plus importante dans nos activités.